Une révélation se définie simplement comme « une information que l’on reçoit et que l’on considère comme vraie sans la vérifier ». Elle est à la base de nos croyances.

Nous sommes tous confrontés au phénomène de croyance depuis notre plus jeune âge, au cours duquel notre entourage nous a enseigné en nous communiquant des informations que nous ne vérifions pas.

Il nous serait impossible de vérifier chaque information et cela est d’autant plus vrai que le flux de connaissances s’accroit au fil du temps.

De fait, l’exposition à un mécanisme d’enseignement et de recherche d’information développe chez chacun d’entre nous une certaine forme de crédulité (Bronner, 2003) et (Bronner, 2013).

Le mécanisme de croyance nécessite la présence de plusieurs acteurs. Il est systémique, chaque acteur peut renforcer la croyance lors de sa diffusion. En effet plus nous captons de sources différentes d’une information, plus nous nous confortons dans la croyance. Devenant source nous-même nous contribuons au phénomène. La croyance sociale se motive par des arguments de désirs, de causes ou de raisons (Sanchez, 2009).

Les systèmes de data-intelligence observant les individus et les groupes doivent prendre en compte les mécanismes de croyance auxquels chaque individu est sensibilisé.

Bronner, Gérald. 2003. L’empire des croyances. s.l. : PUF, 2003

Bronner, Gérald. 2013. La démocratie des crédules. s.l. : PUF, 2013.

Sanchez, Pascal. 2009. Les croyances collectives. s.l. : PUF, 2009.