L’abduction est un mécanisme cognitif qui consiste à réaliser une abstraction à partir de plusieurs expériences similaires pour en tirer un phénomène reproductible.

Par exemple si un commercial doit établir un devis pour un client, il peut s’appuyer sur un devis similaire qu’il a déjà fait par le passé, c’est un mécanisme d’induction. Il reprend alors le devis précédent et le modifie pour l’adapter à la situation de son nouveau client.

Si cette opération se répète, le commercial aura tout intérêt a créer plutôt un modèle de devis avec des champs laissés en blanc afin de n’avoir qu’à le compléter à chaque demande.

Dans le cas présent, le modèle de devis paramétré constitue une abstraction réalisée à partir de plusieurs devis anciens.

La création du modèle s’appelle l’abstraction, l’utilisation du modèle pour produire le devis s’appelle l’abduction.

L’abstration peut etre de deux sortes :

  • la phénoménisation, il s’agit alors de créer une procédure, un phénomène, un modèle abstrait
  • la catégorisation, il s’agit de créer une catégorie, un stéréotype

Dans les deux cas la mise en application de l’abstraction porte le nom d’abduction.

Les abstractions peuvent porter sur des abstractions afin d’abstraire un phénomène ou une catégorie de plus haut niveau.

Dans la pratique il existe des personnes qui éprouvent des difficultés à faire une abstraction, tandis que d’autres le font de façon très courante. Certains sont capables d’abstraire sur plusieurs niveaux mais ils sont plus rares. On constate que la capacité d’abstraction d’un individu est souvent inversement proportionnelle à sa capacité de mémorisation. Avec peu de mémoire on abstrait d’avantage pour optimiser l’occupation, tandis qu’avec une forte capacité mémorielle, on n’a pas besoin de se donner la peine de développer l’abstraction.