Temps réel ou célérité

On parle souvent d’analyse de situation en temps réel, il s’agit en fait de célérisme. Chaque situation doit être traitée dans un laps de temps propre à la situation sous peine d’obsolescence. Plus le temps passe plus la capacité d’intervenir en situation avec efficacité diminue jusqu’à devenir inutile, voire contre-productive.

Sur un site e-commerce, la célérité est de l’ordre d’une ou deux secondes. Pour un internaute survolant les pages, le temps de présence sur une page se compte en dixièmes de secondes. Pour un internaute attentif sur une page d’information relative à un produit, la durée de consultation de la page peut dépasser la minute.

Dans ce laps de temps il est nécessaire pour chaque internaute de détecter sa situation via des indices relevés lors de la navigation, de construire la situation en explorant la sphère situationnelle de l’internaute révélant son vécu situationnel et en observant la scène situationnelle et les pratiques actuelles des visiteurs connectés, puis d’appliquer une stratégie qui repose souvent sur l’exploration des sphères situationnelles d’autres internautes à la recherche des stratégies gagnantes.

Lorsque l’on parle de sites à plusieurs milliers ou dizaines de milliers de connexions simultanées, ce sont quelques dizaines de millions d’inférences par seconde à conduire.

Célérité et puissance de calcul

La célérité impose de disposer de calculateurs puissants capables de produire une réponse pertinente à chaque internaute en fonction de sa situation. Mais sans une gestion efficace de la mémoire situationnelle cette puissance ne sera pas productive à sa juste valeur.

La structuration de la base de données situationnelle, des vecteurs en mémoire et des caches est déterminante. Les architectures classiques web ne peuvent convenir car elles rendent difficile le partage d’information entre les sessions utilisateurs rendu nécessaire pour explorer les sphères situationnelles des internautes dans la même situation.

Se concentrer sur l’essentiel

Sur une plateforme internet, la répartition des visiteurs n’est pas constante dans la journée. Elle peut même varier dans des proportions colossales entre le jour et la nuit de nuit.

La prise en charge de l’essentialité permet d’envisager de limiter certains traitements coûteux en période d’affluence afin de disposer d’un temps de réponse le plus rapide possible. Au contraire en période creuse, il sera possible d’expérimenter certaines stratégies ou observer avec plus de détail les situations des visiteurs afin de capitaliser de précieux renseignements. Tout ceci nécessite une agilité de chaque traitement

Jean Pierre MALLE